Philosophie Hawaïenne

Transmis depuis des générations et inspiré de la culture polynésienne, le Lomi Lomi massage aussi appelé « Kahuna » est extraordinairement dépaysant.

« Lomi Lomi » est un terme Hawaïen signifiant « mains aimantes ».

Tous les styles de lomi lomi intègrent une forme de mouvement, un chant (mele), des prières (pule) ainsi que l’intention fondamentale d’Aloha.

Dans l’ancien Hawaï, le Lomi Lomi était pratiqué à la fois comme remède et comme guérison. Kahuna Abraham Kawaii (Kahu) l’a nommée Ke Ala Hoku, «Pathway to the Stars» (chemin vers les étoiles).

Ainsi ce massage est une technique curative ancienne, hérité notamment des maîtres guérisseurs traditionnels. Il fait parti d’une des partie intégrante de la philosophie Hawaïenne, le Huna.

HUNA

Huna aurait été développé il y a des dizaines de milliers d’années par les ancêtres des Hawaïens d’aujourd’hui en Polynésie. Les croyances, la religion ou la philosophie Hawaïennes sont étroitement liées à leur observation de la nature et des êtres humains. À travers ces observations, ils ont cherché à se comprendre et à comprendre le monde qui les entoure et ont finalement développé des «vérités» de base expliquant la vie. Ces idées ou cette philosophie de vie ont été appelées «Huna».

Le mot «Huna» signifie «secret» et fait également référence à la sagesse ésotérique de la Polynésie. Mais, comme beaucoup de mots hawaïens, Huna signifie plus que « secret » cela peut signifier «connaissance intérieure» ou «connaissance cachée».

Cette tradition Huna repose sur 7 grands principes:

– IKE (connaissance/conscience): Le monde est ce que l’on pense qu’il est.
– KALA (liberté): Il n’y a aucune limite, tout est possible.
– MAKIA (focalisation): L’énergie va là où se pose l’attention.
– MANAWA (maintenant): Le moment présent est le moment de pouvoir.
– ALOHA (amour): Aimer, c’est trouver le bonheur.
– MANA (pouvoir/influence): Tout pouvoir provient de l’intérieur de soi-même.
– PONO (justesse): L’efficacité est la mesure de la vérité.

COA-History-300x103

Intégrer les principes Huna à notre vie amène une profonde compréhension de notre véritable nature, de nos pouvoirs personnels, de nos intentions et nos croyances. La conscience éveillée nous sommes alors prêt pour un changement en nous et autour de nous.

ALOHA

L’esprit Aloha est une référence bien connue pour laquelle les îles Hawaïennes sont si célèbres. Cependant, il fait également référence à un moyen puissant de résoudre tout problème, d’accomplir tout but et pour atteindre tout état d’esprit ou le corps que vous désirez. En langue Hawaïenne, Aloha représente beaucoup plus que juste «bonjour» ou «au revoir» ou «amour». Son sens profond est le joyeux (oha) partage (alo) de l’énergie de vie ou le souffle (ha).

HO’OPONOPONO

Ho’oponopono est un fragment de la spiritualité Hawaïenne: Il s’agit d’une méthode ancestrale utilisée pour les réconciliations familiales (ou autres communautés). Médiations, prières et rituels permettaient de rétablir l’équilibre et harmonie au sein du groupe.

La notion de pardon reconnue ainsi comme définition du Ho’oponopono est une traduction et notion occidentale mais le sens profond du Ho’oponopono est d’accepter l’état naturel des choses, acceptation de soi et des autres.

HULA

Le Hula a ses origines dans l’histoire ancienne en tant que danse rituelle exécutée pour la déesse du volcan, Pelé. Il est dit que sa sœur Hi’iaka avait à l’origine exécuté la danse pour Pelé. La déesse Laka est la gardienne de la danse, Laka est la déesse la plus souvent citée dans le monde de la danse Hula moderne. L’histoire est orale et des variations du mythe ancien existent. En fait, un « Mele » est souvent présenté pour décrire l’histoire de Hi’aka et de Pelé.

Les hommes ont retransmis la poésie et les danseuses l’ont joué sous une forme expressive. Les instruments utilisés étaient des tambours en peau de requin, des hochets, des gourdes et des castagnettes. Les femmes portaient des jupes enveloppées en tissu et les hommes portaient des pagnes. Une grande partie de l’histoire a été perdue après son interdiction au début du XIXe siècle.

À l’origine, le hula s’appelait le « Ha’a ». Le nom a été changé au 19ème siècle. En 1820, des missionnaires chrétiens sont arrivés à Hawaii et ont converti beaucoup de gens à la religion chrétienne, dans les années 1830 le Hula est rétabli par le roi Kamehameaha III.

Le roi David Kalakaua, dont le règne dura de 1874 à 1891, le dévoila au grand jour, encourageant non seulement sa performance, mais ajoutant des mouvements, des costumes, des textes et des chansons.

(La reine Liliuokalani succéda son frère le roi Kalakaua en 1891 mais abdiqua en 1894, elle fut la dernière de la lignée royale et la seule femme reine d’Hawaï.)

Le Hula est plus qu’une danse rituelle pour les Hawaïens celle-ci est un accès directe à leur histoire.